Accueil Espace presse Interventions de la FBF JP Chifflet : Il faut absolument intégrer un plafond au mécanisme de résolution bancaire  
 
 
 

Infos  

 
25 novembre 2012

JP Chifflet : Il faut absolument intégrer un plafond au mécanisme de résolution bancaire

Interview de Jean-Paul Chifflet, Président de la FBF, dans les Echos.

 

La réforme bancaire française s’annonce respectueuse du modèle de banque universelle. Etes-vous rassuré ?

Loin de là. Le contexte économique est tendu, difficile, la compétitivité est un enjeu majeur pour les entreprises. Et, dans ce contexte, les banques qui souhaitent accompagner ces entreprises dans leur développement et soutenir l'économie, se retrouvent sous le coup d'une triple peine.


Elles vont devoir acquitter des taxes spécifiques supplémentaires. [...] Deuxième peine, le projet de réforme bancaire, qui n'a pour l'heure pas d'égal en Europe. Troisième peine, le cadre réglementaire de Bâle III, auquel les banques ont commencé à s'adapter à marche forcée alors que les Etats-Unis viennent d'officialiser son report.


[...] il va devenir extrêmement difficile pour les banques françaises de faire leur métier de financement de l'économie, pourtant essentiel dans un objectif de retour à une croissance durable et à la création d'emplois dans notre pays.

Quels sont les éléments qui vous gênent le plus dans la réforme bancaire ?

Ce qui est indispensable, c'est que certaines activités comme la tenue de marché, qui sont en fait des activités de service aux clients soient traitées comme telles. C'est fondamental pour accompagner aussi bien l'Etat que les entreprises sur les marchés, au moment où Bâle III impose de moins recourir au crédit.


Il y a un autre problème qui nous inquiète au plus haut point, c'est le volet consacré à la résolution des crises et des faillites bancaires. En effet, le mécanisme dit de solidarité prévu dans le projet de loi aurait pour effet de faire supporter à toutes les banques du pays la faillite d'une autre banque, sans limitation de montant. Les enjeux financiers sont considérables.


[...] Il faut donc absolument intégrer un plafond à ce mécanisme de résolution bancaire. Je m'en entretiendrai avec le Ministre de l'Economie et des Finances.

Quelle attitude doit adopter l’Europe face à la décision des Etats-Unis de repousser officiellement la mise en place de Bâle III ?

J'espère que Michel Barnier sera attentif à ce que feront les Etats-Unis avant d'appliquer les règles de Bâle III, afin d'éviter de pénaliser l'Europe comme il s'y était engagé. [...] La décision des Etats-Unis relève du bon sens politique à l'heure où il faut relancer la croissance. [...]

Malgré leurs mises en garde, les banques françaises ont finalement augmenté leurs fonds propres comme l’exige Bâle III tout en continuant de financer l’économie. En quoi l’application des ratios de liquidité sera-t-elle différente pour le crédit ?

Ne croyez pas que l'augmentation des exigences de fonds propres ait été indolore pour l'économie et les banques. Si nous sommes parvenus à respecter les nouvelles obligations de solvabilité, c'est au prix d'une réduction de certaines activités importantes de financement à l'étranger et donc au détriment de l'industrie bancaire française.

La banque de proximité en France a pu jusqu'à présent être épargnée mais les ratios de liquidité, s'ils sont appliqués, vont la toucher de plein fouet avec de graves conséquences pour notre économie. [...] le futur ratio de liquidité imposera que l'on ait pratiquement autant de dépôts que de crédits. C'est une contrainte intenable dans un contexte où les dépôts ont tendance à se réduire dans les bilans des banques, sous la double pression de la fiscalité et du relèvement du plafond du livret A et du livret de développement durable. Ces déplafonnements sont une aberration économique. [...]

Quelles sont vos perspectives sur la banque de détail en France ?

S'agissant de nos revenus, la situation est tendue. [...]

Dans ce contexte, de nouvelles mesures sur les commissions d'intervention comme cela est prévu dans le projet de réforme bancaire pourraient encore peser sur les banques et les pousser à refuser davantage de découverts. J'observe aussi que le coût du risque sur les crédits est à un plus bas historique. Il ne peut que remonter.

Tout cela pourrait entraîner un ralentissement des recrutements en 2013 alors que les banques françaises ont toujours été un très grand moteur de l'emploi en France. [...]

 
 
 
 
Retour haut de page