Accueil La banque des particuliers Relations banques/clients Vue d'ensemble Quelques précisions sur l'utilisation du crédit et du découvert bancaire  
 
 
 

Infos  

 
11 septembre 2012

Quelques précisions sur l'utilisation du crédit et du découvert bancaire

CSA a publié un sondage le 10 septembre 2012 sur "Les Français et le pouvoir d'achat". Les banques françaises souhaitent à cette occasion rappeler quelques bonnes pratiques en matière de gestion budgétaire.

 


Selon ce sondage, 88% des Français anticipent une baisse ou une stagnation de leur pouvoir d'achat dans les prochains mois, même si seuls 54% d'entre eux connaissent la signification exacte du terme "pouvoir d'achat".


Les Français confrontés à des difficultés financières pour boucler leur budget ont recours à leur épargne (50% d'entre eux), changent leurs habitudes de consommation (34%) et font appel à leur entourage (7%). 7% décident aussi d'avoir recours au crédit, ce qui est une pratique saine lorsque le crédit sert à un projet précis. En revanche, le crédit n'est pas une réponse adaptée à un absence de ressource ou à une baisse de son pouvoir d'achat, qui constituent des problèmes structurels.

De l'usage du découvert bancaire

Le découvert bancaire (appelé aussi autorisation de découvert) est une forme de crédit, temporaire ; c'est une souplesse définie entre la banque et son client, qui permet de gérer sereinement des décalages de trésorerie entre certaines rentrées d'argent et des dépenses : à titre d'exemple, le découvert permet de faire face pour quelques jours à des prélèvements ou des paiements dans l'attente du versement d'un salaire ou d'un remboursement de sécurité sociale, sans créer d'incident sur le compte. Le montant du découvert autorisé par la banque à son client figure sur ses relevés mensuels ; il est limité en montant, sur la base d'une bonne connaissance par la banque de son client. Selon le sondage CSA, 21% des Français auraient régulièrement recours à cette fonctionnalité.

Recourir au découvert autorisé n'est donc pas une manière généralisée de boucler des fins de mois difficiles mais une pratique bancaire stable et contrôlée pour gérer quelques jours d'écart entre une dépense et une rentrée d'argent.


En revanche, les banques sont très attentives aux positions débitrices de compte en dehors du découvert autorisé ; le découvert non autorisé peut être coûteux de par des intérêts plus élevés voire d'autres frais comme des commissions d'intervention. Pour éviter cela, il faut dialoguer avec son banquier pour trouver d'autres solutions mieux adaptées à chaque situation. Les banques ont mis en place de nombreux outils pour suivre et gérer la position de son compte : alerte sur le solde par sms, consultation de ses comptes en ligne, carte à autorisation systématique qui ne permet le paiement ou le retrait que si le compte est suffisamment approvisionné... Il ne faut pas hésiter à anticiper les situations de trésorerie tendue en contactant son chargé de clientèle.

 
 
 
 
Retour haut de page