Accueil Secteur bancaire français Actualités Christian Noyer était l'invité de Jean-Pierre Elkabbach le 16 janvier 2014 sur Europe 1  
 
 
 

Infos  

 
16 janvier 2014

Christian Noyer était l'invité de Jean-Pierre Elkabbach le 16 janvier 2014 sur Europe 1

Retrouvez des extraits de cet entretien concernant le taux du livret A et le rôle des banques dans le financement de l'économie.

 

Jean-Pierre Elkabbach

Alors pour le Livret A, Pierre Moscovici a choisi le statu quo, 1,25 %. Vous, vous recommandiez monsieur le gouverneur de la BANQUE DE FRANCE 1 %. Qui se trompent ? Lui ou vous ?

Christian Noyer

Nous en avons parlé, il n'y a pas drame entre nous, moi, pourquoi est-ce que j'ai proposé 1 % ? Parce que la BCE a baissé très fortement ses taux à 0,25, qu'est-ce qu'on dirait si la BCE aujourd'hui avait un taux à 1,25 ? On dirait qu'elle tue la croissance et l'emploi. Pourquoi est-ce qu'on a fait ça à la BCE ? On a fait ça pour soutenir la croissance et l'emploi. Et donc c'est à ça, que j'ai donné la priorité et j'ai pensé que c'était bon. Parce que ce qu'on donne aux épargnants, on le prend aux emprunteurs.

Jean-Pierre Elkabbach

Mais est-ce que c'est un désaveu de Christian Noyer ou une erreur de Bercy ?

Christian Noyer

C'est un désaccord, Pierre Moscovici a pris en compte plus que je ne l'ai fait la psychologie des épargnants, je respecte son point de vue, mais je n'ai pas changé d'opinion, je n'avais pas à changer d'opinion...

Jean-Pierre Elkabbach

C'est-à-dire que le... non, soyons directs ! Est-ce que le 1,25 peut avoir des conséquences négatives pour la croissance, paradoxalement ?

Christian Noyer

C'est moins bon pour la croissance et l'emploi bien sûr. Mais bon, je comprends ces raisons.

Jean-Pierre Elkabbach

Vous dites, c'est une décision politique donc ?

Christian Noyer

C'est une décision et je la respecte telle quelle.

Jean-Pierre Elkabbach

Pour 2014, monsieur le gouverneur, la zone euro prévoit 1 % de croissance. C'est mieux que rien, moins bien que certains dont parlaient tout à l'heure Axel de Tarle, c'est insuffisant pour créer des emplois. Comment on fouette la croissance ?

Christian Noyer

Pour fouetter la croissance, il faut être plus compétitif, il faut donner aux entreprises des raisons d'investir et de créer des emplois et donc il faut faire des réformes et le pacte proposé par le président de la République est exactement le genre de chose qu'il faut faire pour fouetter la croissance.

Jean-Pierre Elkabbaach

Les banques, on les dit timides et frileuses, elles ne contribueraient pas assez à financer la croissance. Qu'est-ce que leur demande ce matin, sur EUROPE, le gouverneur de la BANQUE DE FRANCE ?

Christian Noyer

Moi, je leur demande de rester les premières de la classe, ce sont elles qui distribuent le crédit avec le plus dynamisme dans la zone euro. Le crédit est faible partout, il l'est un tout petit peu moins, un petit moins chez nous qu'ailleurs. Je leur demande de continuer et précisément avec les réformes qui sont annoncées d'accompagner les entreprises pour investir. Les entreprises vont prendre des risques en investissant et en embauchant, il faut que les banques les accompagnent.

 
 
 
 
Retour haut de page